L'Exode, Mythe ou Réalité ?

Si L'Histologue a ouvert ce dossier avec une photo d'Akhenaton, ce n'est pas en simple illustration. Le pharaon égyptien, connu pour être l'heureux époux de la belle Nerftiti, est surtout l'homme qui a "inventé" le monothéisme !

 

Si certaines thèses faisant d'Akhenaton le réel Moïse sont sujet à caution, en particulier car un pharaon ne disparaît de la sorte mais aussi parce que son tombeau a été retrouvé et que l'ADN de sa dépouille correspond en tout point à celui de ses parents, les théories qui présentent les Hébreux comme des Égyptiens ayant quitté les rives du Nil pour s'établir en Palestine sont désormais considérées comme extrêmement plausibles. Des Égyptiens qui auraient eu la particularité d'être monothéistes...

 

L'esclavage du peuple hébreu : un mythe

 

Car l'asservissement d'un peuple entier, en l'occurrence les Hébreux, par les Égyptiens est un mythe contredit par les tous les travaux historiques depuis Champollion qui le premier avait pressenti l'impossibilité d'un tel fait.

 

Le premier élément probant est que l’Égypte antique n'était pas une civilisation esclavagiste, certes il existait bien quelques esclaves, mais ceux-ci étaient surtout des prisonniers de guerre ou des criminels. Nulle trace, dans aucun document, sur aucune fresque, sur nul bas-relief, ni même dans les nombreux récits de la vie quotidienne ou des réalisations des Pharaons, ne mentionnant l'existence d'un peuple réduit en esclavage. Et pourtant l’Égypte était une civilisation dotée d'une puissante administration, consignant par écrit le moindre événement survenant dans le pays, des écrits aussi nombreux que bien conservés - car souvent gravés dans la pierre - ne faisant jamais mention d'un peuple hébreu, sous esclavage ou non.

 

D'autres éléments comme l'impossibilité pour tout un peuple de fuir un pays puissant aux armées mobiles et aux frontières bien gardées, avec enfants, vieillards et bagages, le tout sans laisser la moindre trace de leur migration semblent difficiles à concevoir même avec le concours d'un Dieu omniscient...

 

Pas d'esclaves mais des travailleurs saisonniers

 

L'évidence historique a pourtant longtemps été niée pour deux raisons principales, la première étant la difficulté jusqu'à une période plus récente à remettre en cause le dogme judéo-chrétien, l'autre étant liée à la magnificence des constructions égyptiennes dont on a longtemps cru qu'elles n'auraient pu être réalisées sans une main d’œuvre corvéable à merci.

 

La réalité est tout autre, l’Égypte était une civilisation agraire, vivant au rythme du Nil. Après les crues du fleuve-roi, l'activité était maximale jusqu'aux récoltes quelques mois plus tard. Ensuite les paysans se retrouvaient totalement désœuvrés et disponibles pour ériger temples, pyramides et autres palais moyennant rétribution. Des thèses ayant aujourd'hui dépassé le stade de la théorie pour être acceptées comme réalité aussi bien par les historiens que les archéologues.

 

Mais alors d'où viennent les Hébreux ?

 

Si plusieurs théories s'affrontent, il semble acquis qu'ils viennent d’Égypte, peuplades installées sur le territoire ou même Égyptiens ayant quitté l'Empire. En tout état de cause, il s'agit de population ayant de véritables références culturelles communes avec la civilisation des Pharaons. 

 

En premier lieu car avant les premiers récits mentionnant l'existence d'un peuple juif en actuelle Palestine vers le premier millénaire avant J-C, nulle trace de ceux-ci. Les populations cananéennes vivant avant cette période sur le territoire n'ont aucun élément de référence commun avec les Hébreux et sont surtout... polythéistes comme tous les peuples de la région.

 

 

Les Hébreux... des Égyptiens ?

 

La première théorie, la plus couramment admise, présente les Hébreux comme des nomades ayant séjourné dans le nord de l’Égypte. Cette partie de l'Empire, carrefour entre l'Afrique, le Maghreb, l'Asie et les civilisations méditerranéennes, hébergeait en effet différentes peuplades, attirées par la prospérité de l’Égypte et le fait de pouvoir y vivre en paix.

 

L’étymologie du mot Hébreu pourrait d'ailleurs venir de Habirou, qui signifiait dans les différentes langues usitées au Moyen-Orient... nomade ! Il n'est donc pas impossible que ces nomades, soit en tant que peuplade, soit en tant que catégorie sociale, se soient retrouvés sur la route de l'exil en direction des terres promises à un moment donné.

 

Des Égyptiens monothéistes ?

 

Une autre thèse, déjà évoquée en introduction, présente les Hébreux comme une partie de la population égyptienne monothéiste (adorant Aton) ayant quitté les rives du Nil après la mort d’Akhenaton pour se rendre dans une des provinces de l'Empire alors que le clergé reprenait le pouvoir avec fermeté.

 

A la mort du pharaon, les prêtres - bien aidés par ses successeurs - se sont livrés à un véritable effacement des œuvres de celui-ci et à une vigoureuse réintroduction des cultes traditionnels. Si pour le petit peuple ces querelles théologiques n'avaient que peu d'importance, pour les convertis au culte d'Aton - généralement issus de l'élite, la remise en question de leur croyance pourrait les avoir poussé à quitter le pays pour s'établir sur les terres de Canaan.

 

Les 40 ans d'errance dans le Sinaï, dont aucune trace archéologique n'atteste, pourraient être  l'expression mystifiée d'une émigration étalée sur plus décennies d'une partie de la population égyptienne.

 

L'histoire est finalement aussi belle

 

Ainsi les recherches historiques (notamment au niveau des nombreuses similitudes, en particulier linguistiques entre l'hébreu et l'égyptien ancien) ou les fouilles archéologiques menées en Égypte, dans le Sinaï ou sur les rivages de la Mer Noire, tout tend à démontrer que les populations qui allaient progressivement former le peuple hébreu sont bien venues d’Égypte.

 

La vérité historique remet en question la Bible - sur l'existence d'un peuple hébreu asservi et son Exode mythologique - mais il ne s'agit semble-t-il que d'éléments secondaires. Aux alentours des XIVe et XIIIe siècles avant notre ère, sur une période allant des règnes d'Akhenaton et Ramsès II, un important mouvement migratoire a eu lien entre l’Égypte et la Palestine sur laquelle allaient naître quelques décennies plus tard le futur Royaume d'Israël, le peuple hébreu en tant que tel et le Judaïsme !

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Noblecourt (mercredi, 23 mars 2016 11:21)

    J'aime beaucoup ce que je viens de voir. Bon choix d'image, de thème ... À continuer absolument . Noele Noblecourt